Choisir un nom d’entreprise anglais ou français : la guerre est (re)déclarée

Anglais ou français ? La question est historique. Elle rappelle des siècles de guerre sur les champs de bataille ou les pelouses de stade. Mais aujourd’hui, déposons les armes et réfléchissons calmement. Parce qu’il y a bien une réponse à cette question.

La recherche d’un nom d’entreprise est une réflexion qui se veut stratégique. Si l’utilisation d’un générateur de nom peut être tentante, un algorithme ne vous proposera que des noms “puzzle” sans réelle logique. En revanche, une agence de naming aura une vue d’ensemble sur votre stratégie de communication. Et contrairement à des machines, nous nous posons des questions qui entraînent parfois quelques débats. L’une d’entre elles revient régulièrement sur la table : est-ce que l’on propose un nom francophone ou anglophone ? Les arguments se valent dans les deux camps, à vous de juger lesquels vous parleront le plus.

Les noms anglais remportent quelques batailles

Parmi toutes les entreprises présentes sur le territoire français, certaines pourtant bien du cru, portent un nom qui ferait doucement sourire Shakespeare. Qu’est-ce qui a poussé ces marques à suivre une tendance ancrée depuis de nombreuses années dans notre société ?

Un nom anglais pour exporter son entreprise all over the world

Si vous envisagez de vous étendre au-delà des frontières françaises ou si vos clients sont déjà internationaux, opter pour un nom anglais semble être une bonne stratégie. Pour se faire comprendre de tous, autant choisir la langue la plus utilisée, surtout dans le domaine du business. Un choix plébiscité par les start-up françaises. Parmi les 19 licornes de notre territoire – start-up valorisées à plus d’un milliard de dollars – 14 d’entre elles portent un nom anglais ou à consonance anglaise : Believe, Talend, Voodoo, Back Market … Même Blablacar, anciennement Covoiturage.fr s’est rapidement mis au diapason une fois arrivé sur les routes européennes. La raison ? Les levées de fonds réalisées pour ces entreprises peuvent venir de pays étrangers, tout comme de potentiels acquéreurs.

Parce qu’un nom d’entreprise anglais, "ça sonne better"

L’anglais est cool. Cet argument est plus que subjectif. Il pèse pourtant dans la balance, car choisir le nom de son entreprise, c’est aussi une affaire de goût. Cette image si positive que l’on se fait de l’anglais n’a pas atteint notre subconscient collectif par hasard. Des décennies à baigner dans la culture américaine et anglaise ont forgé la réputation de cette langue. Des Beatles aux One Direction, des super-héros Marvel à Harry Potter, comment s’en faire une mauvaise opinion quand nos références culturelles les plus populaires sont anglophones ? Il est donc logique pour une entreprise de choisir un nom anglais lorsqu’elle souhaite être perçue comme “branchée”.

L’anglais est dynamique. Pour une même idée, il fera plus vite et plus simple que le français. Le vocabulaire anglais compte des mots généralement plus courts. Les monosyllabes y sont même fréquents. Par exemple “smart”, très efficace en anglais, se traduit en “intelligent”… Vous sentez la différence ? Les noms de marques tendent à raccourcir, car plus court veut dire plus simple à retenir. Et l’anglais se révèle être une langue bien pratique dans ce cas. Attention cependant au manque de différenciation. Les noms courts vont avoir tendance à utiliser les mêmes lettres et finissent par se ressembler.

L’anglais est innovant. Space X, Apple, Microsoft, Facebook (ou plutôt Meta), ces entreprises, pour certaines tout droit sorties de la Silicon Valley, sont particulièrement innovantes. Et c’est par le biais de ce type de multinationales que se forme le lien subliminal “technologie = anglais”. On cherche à créer une analogie pour s’afficher comme innovant. Alors au moment de choisir le nom d’une nouvelle entreprise, d’une nouvelle application ou d’un nouveau produit, on peut avoir cette petite voix dans la tête “en anglais ça fait plus moderne”. Vous n’êtes pas seul à entendre cette voix. Ce qui compte, c’est que votre cible l’entende aussi !

Les noms français se révoltent

Si l’anglais a ses bons côtés, Molière pourrait lister tout autant de qualités propres à la langue française. Un nom français s’accompagne en effet de valeurs fortes. L’entreprise doit donc prendre en compte ces valeurs lors de son naming.

Un nom français parce qu’on est en France

Le français est clair. C’est notre langue, donc elle a l’avantage d’être comprise par tous les francophones. Tandis que l’anglais restera un obscur baragouinage pour certains. Prenons l’exemple de l’entreprise Leboncoin. Ce nom est clair et descriptif. Il fait parfaitement transparaître la facilité d’utilisation du site. En anglais, on obtiendrait Thegoodplace. La marque perd alors cette notion de facilité, car la première chose à faire, c’est de traduire son nom pour comprendre de quoi il s’agit. Un choix est alors à faire. Vous préférez être cool ou être compris ?

Le français est local. Et le local est de plus en plus plébiscité ! Certaines entreprises ont su utiliser cet attrait grandissant pour le made in France. Pardon, le fabriqué en France. Le Slip Français, la Belle mèche, Archiduchesse, le Matelas Français, voici quelques exemples de marques qui se revendiquent gauloises et fières de l’être. Pas l’ombre d’une tunique rouge dans ces noms ! Et pour cause, miser sur l’anglais aurait sûrement été une erreur de stratégie.

Le français est sexy ? Selon une étude réalisée par Babbel, notre langue et son vocabulaire complexe ferait vibrer le reste du globe. C’est en effet un cliché qui nous colle à la peau depuis longtemps. Mais plutôt que de s’en plaindre, pourquoi ne pas mettre cet atout au service de votre entreprise ? Tout dépend du domaine dans lequel vous évoluez. Les marques de luxe, de vêtements et de cosmétiques sont tout indiquées dans ce cas-là. Jean-Paul Gauthier et ses campagnes sensuelles ne vous diront pas le contraire.

Un nom français est synonyme de savoir-faire

Revenons sur l’argument international, car il possède une faille. Si l’anglais permet une compréhension quasi-mondiale d’un nom, le français porte la promesse d’un savoir-faire réputé à travers le monde entier. Ce n’est pas sans raison que des entreprises étrangères (Être Cécile, Pas De Calais, Comme des Garçons) piochent leur nom directement dans le Petit Robert pour trouver ce “je ne sais quoi” propre à la French Touch.

Et si certaines marques ont tenté l’aventure anglaise, elles ont pu regretter leur décision. C’est le cas de l’Atelier Tuffery. Après un test sous le nom de Tuff’s – le ‘s étant une abréviation d’appartenance en anglais – ils ont finalement rebroussé chemin pour revenir à la source, c’est-à-dire le nom du créateur, Célestin Tuffery. Un choix permettant de mettre en avant un savoir-faire riche de plusieurs décennies (la maison a tout de même 50 ans) plutôt qu’un côté jeune et cool.

Donc porter un nom français, c’est promettre de la qualité. Cet argument se confirme en faisant un tour du côté du luxe. Dior, Cartier, Chanel, Yves-Saint-Laurent… Ces marques ne portent pas simplement un nom commun, mais le nom propre de leur créateur. Et tout comme les GAFA influencent des entreprises à miser sur l’anglais pour paraître innovantes, nos grandes références poussent d’autres entreprises à utiliser le français comme gage de qualité.

Les noms anglais et français font la paix

Je vois l’ampoule clignoter au-dessus de votre tête. Si l’anglais et le français ont toutes ces qualités … En mixant les deux, on obtient le nom parfait ? L’affaire n’est pas si simple.

Les noms mixtes, une really good idée pour votre entreprise ?

Tout dépend du brief et de l’entreprise. Imaginons une marque de vêtements, née d’une alliance entre un français fan de jean et une anglaise qui ne jure que par la dentelle. Alors oui, un nom comme Lace bleue (dentelle bleue) ferait sens. Ensuite tout est question d’esthétique.

Bien que risqués, les noms mixtes ne sont pas à proscrire, ils sont à utiliser intelligemment. Et par intelligemment, je veux bien sûr parler de stratégie globale. Au-delà du nom, faire le choix d’un mélange français/anglais se répercute sur l’ensemble de votre communication. Vos noms de produits ou de gammes seront-ils aussi mixtes ? Est-ce que vous la jouerez franglish sur les réseaux ou votre site web ? Pourquoi pas ! Du moment que l’ensemble reste logique et homogène.

Noms anglais VS français : le vainqueur dépend de l’entreprise

Un bon nom de société, c’est un nom adapté. Et pour que la vraie gagnante de l’histoire soit l’entreprise, il faut penser stratégie & strategy. Understood ? Suivre une tendance ne vous mènera à rien s’il n’y a aucune réflexion derrière.

Alors qu’il soit en anglais ou en français, le nom de votre entreprise doit prendre en compte :

  • Votre cible : internationale, locale, féminine, masculine, jeune ou plus âgée … Pensez à mettre en place un bon persona, et vous verrez rapidement si Yvette Lafargue préfère acheter des gâteaux portant un nom français ou pas.
  • La personnalité de votre marque : drôle, décalée, sérieuse, professionnelle, détachée, relax …
  • Les valeurs que vous voulez porter.
  • Le domaine dans lequel évolue l’entreprise.
  • La concurrence : si vos concurrents ont tous des noms anglais, vous pouvez miser sur le français pour vous différencier. Au contraire, si vous souhaitez rester traditionnel, vous pouvez vous conformer à ce qui se fait déjà.
  • Le secteur géographique dans lequel l’entreprise se trouve.

Si cet article ne prend en compte que deux rivaux historiques, il existe cependant plus de 7 000 langues à travers le monde. Le latin (Audi) et le grec (Hermès) sont des classiques souvent utilisés, car ils remontent à la source des mots. Ne sous-estimons pas l’espagnol (Zara) ou le japonais (Toyota) qui offrent des intonations originales. Les langues nordiques tel que le suédois (Skaal), le danois ou le norvégien regorgent également de possibilités, les vikings nous ont laissé un vocabulaire très inspirant ! Vous pouvez aussi tout simplement inventer une langue.

Babbel n’a qu’à bien se tenir, chez Rédactographe, aucun dialecte n’est laissé de côté. Venez découvrir lesquels s’adapteront le mieux à votre projet !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Si vous avez aimé cet article, plongez-vous dans les suivants :

Vous aimez le contenu ?

Nous aussi.

Arpentez nos Rédactologies en vous inscrivant à notre newsletter.